Samedi 2 juin 2012 : Fin de saison de ski au Cheval Blanc

Publié le par fof74

 

 

 

 

Il y avait comme une rage en moi. Sourde, mais qui grondait et dont je ne pouvais me défaire.

Je ne pouvais me résoudre à avoir terminé ma saison de ski, en cette année d'enneigement plutôt conséquent, le 17 avril au Col d'Argentière en y ayant coulé la bielle de l'année. Non, ce n'était pas possible, c'était inacceptable.

C'était avec une mélange de jalousie, de colère et de désemparement, d'impuissance que je lisais tous les jours les nouveaux comptes rendus sur C2C et Skitour. Que de belles sorties, de belles photos, qui me faisaient rêver et .... enrager.

 

J'avais besoin d'espace, de soleil levant en haute montagne, et surtout... de neige !

Pour pouvoir ranger les skis sereinement, en sachant que ce coup ci, c'était bien le dernier virage.

 

C'était ce WE ou pas. On était plutôt partis faire de l'alpi facile avec Stef, mais le voilà HS avec une belle angine.

Finalement, j'allais donc pouvoir libérer toute cette rage en moi.

C'est Christophe qui allait m'accompagner pour cette dernière rando à skis de la saison, sur un coup de fil de dernière minute. En fin de compte son VTT resterait en congé ce samedi !

 

Direction Emosson, la mecque du ski de rando de fin de saison à la journée.

Avec comme objectif, sans doute le Cheval Blanc dont il ne reste plus qu'une étroite langue de neige en face E.

 

06 02 cheval blanc 01Pas mal de monde au parking à 6 h 30 / 7 h (oui je sais ce départ était un peu tardif !).

On évite les camions travaillant sur le barrage (quel brouhaha).

Et on chausse ensuite sur l'immense névé qui domine la route.

Montée au quart de tour pour Christophe, il avance comme un avion ! S'arrête puis repart avec moi, me distance, m'attend à nouveau.

Perso j'ai pas l'intention de me cramer tout de suite, j'ai pas envie d'arriver là haut dans le même état qu'à Argentière...

 

06 02 cheval blanc 03Les gorges de la Veudale sont déjà au soleil, l'Oberland se réveille doucement au fond.

Je jubile. Comme si on avait enlevé le chapeau d'une cocotte minute. Le ciel devient de plus en plus bleu, il fait de plus en plus chaud mais c'est de plus en plus beau !

06 02 cheval blanc 06

06 02 cheval blanc 05Au col sur le Sex Blanc, plus d'hésitation, on enlève les peaux et on file sur une neige béton armée rejoindre le couloir de montée au col du Vieux.

En remettant les peaux, on retourne au soleil, et la neige est tout de suite plus lourde, on monte mais souvent les skis dérapent.

Bonne pause au col, Chris a une bonne fringale.

En regardant la face du Cheval Blanc qui nous domine, noire de ses cailloux entassés, presque sans neige, je me dis que le moins bête serait sans doute de monter par le chemin d'été. Deux personnes commencent à descendre, deux autres sont vers les chaines.

Effectivement on commence à attaquer par la neige mais vite on se rend compte que c'est pas un bon plan du tout, on déchausse et on s'engage alors droit dans les tas de caillasses pas vraiment stables, skis sur le sac. C'est pas les crampons et le piolet qu'il fallait emmener aujourd'hui mais les chaussures de rando !

Je cherche le sentier d'été (tant qu'à faire !) et on le trouve au bout d'une dizaine de minutes.

Je ne me souvenais plus que ça grimpait autant !

Les deux sous les chaines sont revenus du sommet et cherchent un endroit pour chausser. A voir la neige avec Chris, on prend la décision de stopper nous aussi sous les chaines pour chausser et bénéficier d'une neige encore pas trop pourrie. Monter au sommet, même s'il n'est vraiment plus très loin et que la vue y est plus que somptueuse, ne nous parait pas l'essentiel. La sécurité et le plaisir du ski avant tout.

 

06 02 cheval blanc 07Les deux partent et ne sont pas très à l'aise, évoquant une neige pourrie (flute)

Chris chausse.

Moi aussi ensuite.

Et là je l'entends "mais elle est superbe la neige, ça va être un régal"

Ah, ni une ni deux, après un chaussage pas très pratique, je me lance, droit sur l'arête, C'est beau cette plongée dans le lac du Vieil Emosson, sur cette langue de neige. Magique !

La neige est bien revenue, un poil trop, c'est plutôt de la moquette à poils longs mais non non non et non la neige n'est pas pourrie !

Grand plaisir donc dans cette belle pente bien régulière, raide juste ce qu'il faut, si ce n'est les cuisses qui chauffent (ouille ouille ouille)

 

Ensuite ce sera plutôt de la neige de névé assez ramollie, avec des vaguelettes plus ou moins grosses et une glisse plus ou moins correcte. On repeaute pour récupérer le col de la Terrasse, endroit parfait pour le picnic, après la féérie des lacs qui sortent de la neige.

 

06 02 cheval blanc 09   06 02 cheval blanc 10

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

06 02 cheval blanc 13

06 02 cheval blanc 14Le reste de la descente consiste à tenter quelques virages sympas pour récupérer les gorges de la Veudale.

Puis à se laisser glisser en bas de celles ci. Retrouver l'ambiance estivale (il fait vraiment chaud), les mélèzes tout de vert vêtus, les touristes qui se baladent sur le barrage.

06 02 cheval blanc 15A la voiture, le Cheval Blanc pointe le bout de son sommet, oui on a bien skié sur l'arête, tout à gauche.

Je suis de nouveau sereine, apaisée, ma rage s'en est allée. Je peux ranger mes skis sans racune ni haine. Ce ne fut pas ma saison de ski la plus garnie, mais elle m'a offert quelques biens beaux moments tout de même.

 

Place désormais au vélo, aux randos, un peu d'alpi aussi ?.....

Et rendez vous cet hiver pour de nouvelles aventures sur les skis !

(et merci Chris pour la journée ;-) )

Publié dans ski de rando

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article