Mercredi 8 août 2012 : Tour du Ruan J2 => Cheval Blanc : Alpage d'Emaney

Publié le par fof74

P1090204.resizedP1090209.resized6 h 00

A défaut d'avoir bien dormi (quelle nuit de chio**e) au moins j'aurais eu le droit d'assister au lever du soleil... Parce que pour une nuit pourrie, là vraiment, merci, oui, 1000 merci le vent ! les piquets de la tente qui cliquetaient, les amarrages aux cailloux qui sautaient, le muret étant censé me protéger du vent et sur lequel reposait mon sac qui s'est à moitié écroulé dans la nuit, même le couvercle de la bouilloire s'est amusé à tinter sur les pierres. Bref, pour moi qui ne suis jamais super à l'aise seule dans une tente (on sait P1090206.resizedjamais, des fois qu'un abominable homme des neiges fasse une apparition soudaine dans la nuit à 2800 m d'altitude...) ce fut royal ! Evidemment j'ai aussi eu les pieds gelés et pffffff je me souvenais plus comme ça pouvait être désagréable de se sentir engoncée dans un duvet étroit qui tourne pas quand moi, je tourne...J'ai rêvé du lit chaud et confortable d'un refuge plusieurs fois dans la nuit ! En contrepartie je n'aurais pas eu le spectacle auquel je vais assister. D'ailleurs elle se lève cette grosse feignasse de soleil ???

Le ciel au dessus de l'Oberland et du Valais s'est embrasé j'attends le feu d'artifice sur le Mont Blanc...

P1090208.resized

 

 

P1090211.resized

#########

 

17 h 17, alpage d'Emaney 1856 m

 

Avec une bière ! Une bière que je n'ai pas volée ! Je suis plus fatiguée qu'hier. Faut dire hier c'était 1800 m de montée point barre ! Aujourd'hui 1800 m de descente et 800 m de montée dont les 600 m infernaux du col de Fenestral.

Heureusement qu'il y a eu cette bière miraculeuse pour donner une bonne note à cette journée où en fait, j'en ai carrément bavé....

P1090217.resizedP1090220.resized

 

Pourtant ce superbe lever de soleil, l'arête du Cheval Blanc rien que pour moi, ce petit coin de paradis, mon paradis à skis. Sauf que c'est un paradis à skis... moins à pied ! A pied, avec les douleurs d'hier qui se font plus vives (épaueles, hanches à cause du sac) c'est une autre paire de manches. Ca n'allait encore pas trop mal jusqu'aux traces de dinosaures (et encore j'ai même pensé un moment passer le col de la Terrasse pour descendre à la Loriaz et traverser jusqu'à la Gueulaz). Mais c'est dans la remontée à Marmottes City (où effectivement marmottons en folie et de nombreux "guets" se sont faits voir et entendre) que les choses se sont gâtées. Pfiou c'est chiant la descente mais aujourd'hui c'est dur la montée !

 

 

 

P1090226.resizedP1090229.resizedPas grave en haut ne reste plus que la grande pente, le plat, la gorge et le retour à la route. A skis ça prend, allez, à tout casser 30 mn. A pied c'est juste horriiiiiiiiiiiiiiiiible. J'en peux plus du sac, j'ai mal aux pieds, aux genoux. Ras les couettes quoi !

Avec en plus les camions d'Emosson et leur ronde incessantes, c'est le ponpon. Le retour à Emosson pour éviter la route, des montagnes russes dont je me serais bien passée. En un mot J'EN AI MA CLAQUE !

J'en peux tellement plus de ce sac de grjrptggdnzopazp que je picnic sans entrain au milieu de la foule au col de la Gueulaz, j'ai même eu droit aux convois exceptionnels amenant algéco et nouvelle turbine...

P1090232.resized

P1090235.resizedLa pause m'a fait du bien quand même mais en repartant les points douloureux le sont toujours autant. Je ne vois d'autre remède que celui de commencer à me shooter au paracétamol.

Le sentier qui mène à l'alpage de Fenestral est bien agréable, avec ses odeurs de résine, de pin, de genévrier. On se croirait dans le Sud ! Mais cette montée tant redoutée approche et je sais qu'elle sera dure. 600 m d'un coup d'un seul dans une unique pente, plein sud tant qu'à faire. Je me câle dans mon rythme avec la montre alti comme repère. 350, 390, parfois 410 m/h. Mais je trouve que l'altitude, elle ne défile pas vite. Pour parfaire le tout à mi pente le chemin est tout pourri ce qui casse bien le rythme. J'arrive pas à croire en voyant au dessus de moi la fin de la pente qu'il reste encore 300 m à faire ??! Ah si, y a encore un coup de cul derrière. Ca, ça me tue littéralement.

Là, je ne regarde plus ni la Verte, ni le Chardonnet je m'en contrefiche, je veux juste venir à bout de ce putain de col de Fnestral.

2350 m (plus que 100 m), 2390, allez je lève les yeux en haut, 3 virages et c'est bon.

 

P1090237.resizedP1090238.resizedVite, vite, enlever le sac, se poser et... je m'endors aussi sec !

15 h 40 réveil en sursaut. Il faut y aller. Il n'y a pas vraiment de chemin, on louvoie sur les rochers, entre les cascades, quelques pas de désescalade sous l'oeil avisé de la Tour Sallière. Le lac de Blantsin encore partiellement sous la neige, les torents qui font des piscines naturelles. Superbe. Le P1090241.resizeddoliprane a fait effet, je n'ai "presque" plus mal. Soudain, l'alpage d'Emaney apparait en bas (bien loin ceci dit !) et que P1090243.resizedvois-je ??? Des parasols et des tables. Y aurait pas un bistrot en bas ? Si oui, la bière est o-bli-ga-toire !!!! Ca me redonne de l'énergie ! En plus ça me fera voir un peu de monde car depuis Emosson c'est le désert total ! Vive Emaney !!

 

 

P1090245.resizedQuelques photos du bivouac, dans le vallon d'Emaney

 

 

P1090244.resized

Publié dans rando pédestre

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

ta p'tite manman 13/08/2012 23:48

oui on en bave parfois.. tu te doutes que cela me rappelle bien des randos.. mais on les a faites. Et ça, on ne le regrette jamais...

ThierryThierry 13/08/2012 18:17

Magnifique, continuez de nous offrir de telles images pour que nous puissions rêver...
Bravo aussi pour les commentaires qui nous font sentir le vécu, le ressenti.