Mardi 17 avril 2012 : Coup de fatigue au Col d'Argentière

Publié le par fof74

04 17 argentière 01Le seul créneau météo de cette semaine de repos. L'unique... Je voulais donc me jeter dessus. Oui, mais pas toute seule. Déjà un peu déçue de ne pouvoir partir deux jours (je rêve de la Grande Casse cette année...) et pour le moment sans coéquipier(e), que Skitour (une fois n'est pas coutume) finira de me trouver !

 

Du coup, pour une journée, je voulais monter, j'étais en véritable en quête d'altitude. Ouaip, je n'ai pas été déçue.

je ne sais pas si c'est cette satanée altitude qui m'a complètement claquée mais sûr et certain, cette journée dans le massif du Mont Blanc m'a vraiment laminée.

 

Sont-ce mes préjugés de la descente du glacier des Rognons qui m'ont dès le départ quelque peu scié les jambes ? Et oui, je ne l'aime pas cette descente. Comme ça à froid, on débarque direct à 3200 m, on enfile les gros sacs et hop il faudrait après l'attente des bennes, le refroidissement du corps sous les nuages, être d'attaque pour enquiller les grandes courbes dans une neige qui demande des cuisses (poudre sur fond bien trafollé).04 17 argentière 04

 

04 17 argentière 05Peut-être les souvenirs des deux montées successives en 2010 Samedi 27 février 2010 : "Promenade" sur le glacier d'Argentière  et Dimanche 9 mai 2010 : Col d'Argentière, tentative bis et..... où on en avait pas mal bavé aussi... Y aurait-il une sorte de "malédiction" du col d'Argentière ?? Je vais finir par me le demander !!!

Ca n'allait pas trop mal au début de la montée, chaud un peu mais pas trop, sac lourd mais qui s'est allégé de la corde, mini coup de fringale mais une petite barre et ça repart, rythme de montée régulier et pas trop rapide.

Sauf que j'arrivais pas à récupérer de mes efforts. Le cardio qui s'emballe et qui arrive pas à redescendre malgré quelques pauses. Le vilain !

04 17 argentière 06Un petit "wouf" et un déclenchement de plaques par deux skieurs plus haut m'ont changé les idées un moment et puis c'est reparti pour une amorce de coulage de bielle en bonne et due forme.

Ah purée le dernier ressaut. Je m'éais dit, cool après un mini replat et on est en haut. Ah oui ? Ah non.... Pas très mini mon replat !

Enfin en haut, j'arrive fa-ti-guée comme ça m'arrive rarement. Pas de doutes, c'est pas avec mes à peine 10 sorties de l'année que je me suis forgé un bon entrainement cet hiver :-/

 

 

 

 

04 17 argentière 1304 17 argentière 12

 

04 17 argentière 14Pas grave, arrive la descente, le pire est derrière moi.

Certes c'était pire à la montée.

Mais le manque de cuisses est évident à la descente.

Ceci dit, la descente miam miam quand même !! une bonne poudre parfois un peu matée par le soleil mais quel régal ! Fallait juste avoir un poil plus de cuisses pour mieux la savourer !

Pause casse croute au soleil en bas sur le glacier d'Argentière, mais le brouillard s'en mêle et on se retrouve en moins de deux minutes dans la purée de pois totale.

On descendra le glacier en poussant sur les batons et en ayant aucun sens de l'orientation. J'étais persuadée qu'on était restés rive droite et en fait on a bien traversé le glacier pour nous retrouver à la jonction avec la descente des Rognons. Visibilité un peu meilleure ensuite, ambiance impressionnante à côté des séracs juste recouverts de neige et la piste.

 

Aaaaaaaaaaah enfin la piste, y a juste à se laisser glisser.

Et là, la claque. Une vraie claque. Les jambes qui veulent plus descendre. J'aurais voulu attaquer comme j'aime tant le faire sur les pistes, impossible. Obligée de m'arrêter tous les 20 virages parce que sinon j'allais au carton. Ouch, pas bon ça.

En bas, un mot me vient à l'esprit : le REPOS !

J'ai besoin de repos, indéniablement.

04 17 argentière 02Droites et Verte

 

04 17 argentière 10J'espère pourtant gravir cette fin de saison encore une ou deux belles cimes elevées. Car malgré la fatigue, je n'ai pas oublié de regarder là haut, les sommets mythiques d'Argentière, toutes ces faces nord platrées, la Verte toujours aussi majestueuse et écrasante, les Droites toujours aussi glauques, les Courtes qui, avec ces conditions, n'ont pas la côte ce printemps, et puis le Dolent magique. Le granit chamoniard aux reflets fauves qui se dorait au soleil.

Toutes ces beautés qui font que je vais me refaire une santé avant de pouvoir de nouveau les contempler !

 

Topo du glacier d'Argentière, c'est au fond du glacier d'Argentière ! ou par là link

Publié dans ski de rando

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

ta p'tite manman 19/04/2012 12:58

bouh.. c'est tout moi ça quand je n'en pouvais plus.. quand le physique ne suit pas ! Et t'en prends un coup sur le carafon ! Mais on trouve la ressource, je ne sais pas où, pour continuer.. de
toute façon souvent pas le choix ! Le carrelage apparemment.. n'est pas suffisant pour muscler les cuisses ! oups ! ça ira mieux l'année prochaine ! bisous